Regards sur Nouvelle-Aquitaine

 

OpendID




Annuler

 

Présentation de mon terrarium tropical chaud et humide pour dendrobates azureus: 

 

Dimensions. L.1250 x l.700 x  H.900, verre de 8 mm.      

Eclairage lampe horticole LED TerraLED TM95W 125cm commandé par programmateur. Cuve en verre de 8 mm, avec portes coulissantes de 4 mm à l'avant avec joint d'étanchéité et boutons de porte.  Aération gaze inox drosoproof de 6 cm de large une basse et deux hautes. Brumisation 8 buses, 3 doubles et 2 simples avec clapet anti retour. Pompe de brumisation de 15 bars complètement sécurisée par protection waterproof en résine, réserve d’eau osmosée pour brumisation de 20 litres avec filtre inox. Osmoseur Aquariopure de 190 L/J. 1 cordon chauffant imitation liane de 100 w.  Le tout provient de chez DendroWorld.                            

                                                         

Température / ventilation géré par thermostat numérique HabiStat Digital température thermostat jour/nuit +Timer + alarme...

Thermostat avec la possibilité de séparer le réglage de la température de jour et la température de nuit. Lecture continue de la température et de l'heure. Cycle de marche / arrêt réglable entre 0,1 ° c et 5 ° c. Circuit temporisé séparé pour éteindre deux fois les systèmes de chauffage, l'éclairage, les ventilateurs ou les systèmes de pulvérisation deux fois par période de 24 heures. Capteur à basse tension imperméable à l'eau, 3 mètres de long. Fonction d'alarme réglable pour donner un avertissement visuel et sonore lorsque la température dépasse ou dépasse les paramètres de température définis. L'alarme peut être désactivée si elle n'est pas nécessaire. Des limites de température supérieures et inférieures peuvent être définies. Livré avec des paramètres préréglés. Peut être utilisé en mode chauffage ou mode cool pour contrôler les appareils de chauffage ou les ventilateurs. Ne perdra pas les paramètres de mémoire si l'alimentation est déconnectée. Mesures à 0.1 ° c. Facile à configurer et à utiliser. Maximum 600 watts.   

         

Pour le sol, drainage en structure avec  plaque de nid d'agravel suréleve de 6 cm, suivi d’un géotextile dessus, puis 4/5 cm de tourbe blonde (Floratorf) et fibre de coco plus feuilles de chêne par dessus le substrat. hutes de ponte et noix de coco de diverses tailles comme cachette...

Filtration dans le bas du meuble: 1 bac à décantation de 60 litres en verre  500 x 300 x 400 mm, avec pompe de remontée (Eheim compact+2000) pour alimenter la cascade et son ruisseau, 2 chauffages 70 watt (thermoplongeur), réserve d'eau osmosée de 20 litres pour la brumisation. 

    

La grenouille dendrobate bleue (Dendrobate azureus) est un amphibien mesurant de 3 à 4,5 cm, originaire d’Amérique du sud. On la trouve plus particulièrement au Surinam.

Elle a été découverte par Edward Drinker Cope en 1865. Outre le bleu extraordinairement vif de sa peau mouchetée de noir, cette espèce a la particularité de produire une toxine très violente, appelée batrachotoxine. Ce poison est 250 fois plus puissant que le curare.

Cet amphibien le produit à partir des insectes toxiques dont il se nourrit. De ce fait, la même grenouille nourrie d’insectes non toxiques en captivité perd sa toxicité. Il faut néanmoins éviter de la manipuler à mains nues alors. En captivité, elle peut vivre entre cinq et huit ans.

Elle n’a que peu de prédateurs dans la nature. La couleur éclatante de sa peau est dite  » aposématique « . Cela signifie qu’elle indique aux éventuels prédateurs que l’animal n’est pas comestible, par le biais de sa couleur vive.

A l’état sauvage, les têtards sont victimes de cannibalisme (ils sont mangés par les autres têtards de la famille) mais aussi des larves de libellule, très voraces. Les adultes n’ont à redouter que quelques serpents et araignées.

Autrefois, les indiens des tribus amérindiennes frottaient cette grenouilles contre la peau de jeunes perroquets. Sous l’effet de la toxine sur l’épiderme, les plumes qui poussaient prenaient alors des couleurs extraordinaires. Ces dernières étaient ensuite utilisées pour orner les parures de cérémonie.

Cette substance était également utilisée pour enduire la pointe des flèches, d’où le surnom de « grenouille à flèches » parfois donné à la grenouille dendrobate bleue. La pauvre bête était alors cuite vivante, pour exhaler tout le poison contenu dans son organisme que les chasseurs recueillaient.

Arboricole et diurne, elle vit dans les sous bois humides proches des cours d’eau. Il est possible de l’accueillir dans un terrarium chauffé entre 22 et 27 °C , densément planté et pourvu de branches, pour qu’elle se sente en sécurité. A ce titre, les Broméliacées sont du plus bel effet.

Il faut maintenir un taux d’hygrométrie très important, de l’ordre de 80 à 90 %, ce qui implique un nettoyage régulier, pour éviter les moisissures et le développement de parasites.

Un espace de 50 cm de côtés et de haut convient à un couple. Elle est nourrie tous les deux jours, avec de petits grillons et des drosophiles. Un récipient d’eau peu profond lui permet de se rafraîchir. Quelques centimètres suffisent, avec une pente douce ou des pierres pour l’aider à sortir, car la nage n’est pas son don le plus développé.

La reproduction passe souvent inaperçue en captivité. La femelle pond les oeufs à l’abri, sous une feuille ou un élément du décor, puis le mâle les féconde.

Une fois les têtards nés, les parents les transportent sur leur dos pour les mettre en sécurité, puis la mère vient pondre un œuf non fertilisé pour qu’ils se nourrissent, tous les deux ou trois jours environ.

Une fois que les petits atteignent l’âge adulte, il faut les séparer du reste du groupe et former des couples. En effet, la grenouille dendrobate n’est pas grégaire, et la femelle dominante est particulièrement agressive, allant jusqu’à faire mourir de stress ou noyer ses rivales. De plus, mâles et femelles sont territoriaux.

Cette espèce est actuellement menacée d’extinction. Elle est considérée comme menacée par l’UICN (Union Internationale pour la Conservation de la Nature).

Comme tous les Dendrobatidés, elle est protégée par la Convention de Washington. Seuls les sujets issus de l’élevage, papiers de cession à l’appui, sont autorisés à la détention.  

 

 

 

0 commentaire

Ajouter un commentaire

Me notifier des nouveaux commentaires :

S'inscrire sans commenter

CAPTCHA Image

Nombre de pages vues (miniatures ou images) : 3806138
Consultations des 10 dernières minutes : 5
Nombre de pages vues des 60 dernières minutes : 14
Nombre de consultations d'hier : 58
Nombre de visiteurs des dernières 24h : 43
Visiteurs des 60 dernières minutes : 7
Visiteur(s) récents: 2